Ile Molène Trébeurden

L’île Molène Trébeurden

L’île Molène est un îlot en face du port de Trébeurden, près de Lannion dans le Trégor (Côtes-d’Armor). L’île est constituée d’une grande dune blanche entourée de rochers.

Lors des marées de vive-eaux, l’île est bordée par de forts courants (~3 nœuds) et la baignade réclame de la vigilance.

La tempête du qui a fait de gros dégâts sur la côte trégorroise a en partie emporté la dune qui constitue l’îlot. Cet évènement météorologique semble avoir condamné l’île (qui pourrait être amenée à disparaître d’ici quelques dizaines d’années tout au plus).


Le 30 thermidor an IX (), un détachement de la 82e demi-brigade, posté à Trébeurden, fit prisonnier, sur l’île de Molène, trois officiers anglais et quatre matelots.

Le , le recteur de Trébeurden, Le Luyer, sauva d’une mort certaine plus de 200 personnes occupées à la récolte du goémon et qui, en raison d’une longue et terrible tempête, s’étaient réfugiés, transis de froid sur l’île de Molène ; sur un frêle esquif, accompagné seulement d’un vieux marin, il porta des vivres et des vêtements et donna aux personnes réfugiées sur l’îlot l’appui de sa présence et l’exemple de son courage. Il reçut pour cette raison la Légion d’honneur le

Le , un bateau goémonier de la commune de Servel, avec à bord six hommes et une jeune fille, se perd totalement aux environs de l’île de Molène. Trois des malheureux étaient pères de famille et laissent trois femmes enceintes. (Réf: www.wikipedia.org)

L’Ile Molène, était le lieu traditionnel de coupe du goémon au 18ème siècle, en particulier, le lendemain de la chandeleur, où la coupe du goémon était autorisée (par arrêt préfectoral et municipal). Le 3 février 1821, cette activité goémonière mobilisait 22 bateaux armés par 150 personnes, toutes en infraction, alors que le jour d’ouverture officielle de la campagne de coupe, soit le 16 février, 37 navires étaient dénombrés sur l’estran rocheux de l’île. Le 14 février 1838, une tempête de sud-est contraint 18 bateaux goémoniers à se réfugier sur l’île Molène, en débarquant leur équipage, qui furent secourus par MR Le Luyer, pasteur de Trébeurden.
L’Île Molène (« Molénez en breton ») fut surnommée en 1893 par Armand Dayot, inspecteur général des Beaux-Arts, « le paradis des crevettes » (cité par A. Le Pape). Un café estival fut momentanément ouvert sur l’île Molène en 1923. Cependant la fréquentation s’arrêta en 1989. (Réf: www.sallevirtuelle.cotesdarmor.fr)

L’île Molène

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar